CENIT portavoz de la regional exterior de la cnt-ait

"SI CADA REFUGIADO ESPAÑOL NARRASE SIMPLEMENTE LO QUE HA VIVIDO, SE LEVANTARÍA EL MÁS EXTRAORDINARIO Y CONMOVEDOR DE LOS MONUMENTOS HUMANOS" FEDERICA MONTSENY, 1978

14 julio, 2006

Assassinat du militant syndicaliste marocain Moustapha LAARAJ


mercredi 5 juillet 2006, S.I
La Confédération nationale du travail tient à témoigner de son indignation suite à l’assassinat du syndicaliste Moustapha Laaraj. Nous tenons à apporter nos sincères condoléances à la famille de la victime ainsi qu’à ses camarades syndicalistes. La CNT dénonce par ailleurs toutes les formes et actes de répression de l’Etat marocain envers les militants syndicalistes et associatifs et affirme toute sa solidarité avec les victimes de cette répression, de l’étouffement des libertés.Avec les opprimés toujours, avec les oppresseurs jamais ! Vive la solidarité syndicale internationale, justice pour les travailleurs !
Paris, le 2 juillet 2006
Confédération nationale du travail Secrétariat international - groupe Afrique33,
rue des Vignoles75020 Paris,
Franceafrica@cnt-f.org - www.cnt-f.org

Pour une campagne d’indignation, la plus large possible, contre l’assassinat du syndicaliste Moustapha LAARAJ
C’est avec une immense affliction et tristesse qu’Attac Maroc a reçu la nouvelle de l’assassinat de Moustapha LAARAJ, militant syndicaliste (Secrétaire Général de la section de la fédération nationale des ouvriers et fonctionnaires des collectivités locales affiliée à l’UMT de la municipalité de Tiflet), par les appareils de répression, qui n’ont pas hésité un moment à intervenir d’une façon barbare, pour réprimer dans un bain de sang la marche pacifique nationale du secteur collectivités locales organisée conjointement, le 29 juin 2006, par l’U.M.T et la Confédération démocratique du travail, à Rabat. Il en a résulté de cette intervention sanguinaire, outre l’assassinat de Moustapha LAARAJ, 17 militants blessés qui ont été transportés au CHU de Rabat, et l’incarcération d’a peu près de 30 militants, qui ont été libérés par la suite.
Ce crime odieux, hideux, qui dévoile pour la énième fois (après Tamassinte, Imini, Benguerir, techniciens de la R.A.M, répression des activistes sahraouis...) la fausseté des slogans officiels et des initiatives visant à « résoudre » la crise sociale d’un peuple qui gémit sous le joug de la pauvreté, l’exclusion et de la marginalisation. Ces évènements douloureux dévoilent aussi la ferme volonté d’un état despotique d’assujettir tout un peuple, par le fer et feu, à des plans libéraux, par la répression, voire l’assassinat et le massacre, choses qui discréditent les discours creux des responsables (dialogue social, l’état de droit...).
Nous, militants d’Attac Maroc, face à la laideur de ce crime sanguinaire et immonde, nous déclarons à l’opinion publique nationale et internationale, ce qui suit : Nos sincères condoléances à la famille du martyr, ainsi qu’à ses camarades syndicalistes.L’indéniable et totale responsabilité de l’état marocain pour ce crime perpétré par ses appareils répressifs. Notre solidarité absolue et inconditionnelle avec toutes les victimes de la répression, de l’étouffement des libertés, ainsi que de nôtre disponibilité à être partie intégrante de toutes formes de solidarités, qui visent à faire triompher les laborieux, les exploités et les réprimandés.Nous appelons toutes les forces vives et organisations combatives à lancer une campagne nationale et internationale, afin d’inciter une indignation, la plus large possible, contre ce crime hideux, et demander que ceux qui l’ont commandité et perpétré soient traduits devant un tribunal impartial.
On ne nous donne pas nos droits, on les arrache, et comme nous sommes des militant(e)s, faisons en sorte que le sang d’un martyr ne coule jamais en vain.
Attac-Maroc 29-06-2006

1 Comments:

  • At 9:04 a. m., Anonymous Anónimo said…

    Great site loved it alot, will come back and visit again.
    »

     

Publicar un comentario

<< Home