CENIT portavoz de la regional exterior de la cnt-ait

"SI CADA REFUGIADO ESPAÑOL NARRASE SIMPLEMENTE LO QUE HA VIVIDO, SE LEVANTARÍA EL MÁS EXTRAORDINARIO Y CONMOVEDOR DE LOS MONUMENTOS HUMANOS" FEDERICA MONTSENY, 1978

16 noviembre, 2005

Un entretien avec Juan García Oliver


Freddy Gomez
Un entretien avec Juan García Oliver
réalisée en juin 1977, A contretemps n°17 de juillet 2004

Interview passionnante et réellement surprenante sur plusieurs éléments (Los solidarios, mai 37, le point vue de Garcia Oliver sur le ministérialisme cénétiste, etc...). Mieux vaut ne pas croire sur parole tout ce que nous dit Garcia Oliver (et surtout ce qu’il ne nous dit pas), mais cette interview a un réel mérite à aborder des aspects inédits, certes personnels et subjectifs, de l’anarcho-syndicalisme espagnol et de la Révolution. Au lecteur de se faire son point de vue. Tiré d’A Contretemps n°17.
BAROUX Sébastien

La rencontre avec Juan García Oliver eut lieu à Paris, en juin de l’année 1977. De passage dans la capitale pour superviser les épreuves de ses mémoires, il me fut présenté par son éditeur, José Martínez. Le premier contact eut pour cadre un restaurant de la rue de Bièvre. Là, García Oliver m’apparut comme une sorte de fantôme nimbé d’histoire. C’est que l’homme, d’abord assez froid, semblait tout droit sorti d’un arrêt sur image. Comme si, au qua-rantième anniversaire d’une révolution presque oubliée, un de ses principaux protagonistes avait résisté au passage du temps et à ses effets sournoisement correctifs. Etrangement, le García Oliver de ce printemps 1977 était, physique mis à part, le même que celui qui, dans les années 1930, avait fait trembler, avec un semblable aplomb, la société espagnole et - pourquoi le taire ? - quelques anarchistes et syndicalistes de renom, que son
« catastrophisme » inquiétait.

2 Comments:

  • At 5:46 p. m., Anonymous Anónimo said…

    Compañer@s podríais traducir al castellano este artículo, porque al estar en francés muchos de los que os seguimos aquí en España no lo entendemos. Gracias.
    Salud y Anarquía

     
  • At 2:51 p. m., Blogger Anarco-sindicalista said…

    El artículo son 17 hojas densas en contenidos y expresiones, es muy interesante.
    Veremos que se puede hacer
    salud

     

Publicar un comentario

<< Home